Un grand choix en matière de cheminées


 Les types de cheminées et de matériaux
Les fabricants de cheminées ne cessent de moderniser leurs installations, et offrent une gamme très large à leurs clients quant aux types de cheminées, de combustibles utilisés, de matériaux de fabrication, etc.
Une multitude de possibilités est offerte aux personnes désireuses d’installer une cheminée chez eux, de façon à s’accorder au mieux avec leur espace et le style de leur habitat.
Une cheminée murale peut être classique, elle sera alors contre un mur avec un âtre de face. Plus originale, en épi, la cheminée offre une vue du feu des deux côtés, et permet ainsi de créer une séparation dans une pièce. Elle peut également être encastrée dans un mur, laissant en évidence son âtre de face, plus design qu’une cheminée murale classique.
Une cheminée d’angle permet d’optimiser un espace plus petit, ou de permettre l’installation dans un endroit où les murs sont équipés d’ouvertures, tels que des fenêtres ou des portes. Elle peut être posée contre un mur ou installée à pans coupés, où la forme du foyer sera alors triangulaire, épousant l’angle du mur.
Une cheminée centrale nécessite un minimum de surface, afin de pouvoir circuler autour. Elle offre une vision intégrale de l’âtre et du feu. Ce type d’installation est avant tout une volonté de décoration et de style donné à une pièce.
La cheminée en suspension ne repose pas à terre mais est suspendue par son conduit. Elle est alors accrochée au plafond, et a le même principe qu’une cheminée classique. Elle peut être simple, à double face, à 360 degrés, ou encore pivotante, de façon à l’orienter de différentes manières. De la même façon que la cheminée centrale, c’est une installation très moderne et contemporaine. Elle présente un coût très élevé.
Les cheminées se différencient également par les matériaux proposés pour leur construction et leur habillage. Le choix va dépendre principalement de deux critères concernant sa cheminée : sa performance et son esthétisme. La plupart des cheminées sont réalisées en pierre, matériau très solide, et en marbre, matériau très luxueux. Le béton et le béton cellulaire seront préférés pour leur praticité d’utilisation, le béton étant modelable à volonté, et pouvant être teinté, ciré, vernis, offrant ainsi un large choix de finition. On peut également utiliser la brique réfractaire, la chaux hydraulique, la terre cuite, les carreaux de faïence, qui ont une très bonne résistance aux hautes températures, et donc idéaux pour les foyers fermés. Le plâtre sera proposé quant à lui uniquement pour l’habillage de la cheminée.
Les différents combustibles
Un choix important est également proposé au niveau des combustibles : bois, gaz, électrique, canne à sucre, betterave, mais également bioéthanol ou brûle pellet.
Les cheminées utilisant du bioéthanol sont appelées cheminées écologiques. Elles n’utilisent pas de bois, il n’y a pas de feu, pas de fumée, et sont très simples à installer car elles n’ont pas de conduit, ce qui permet également de pouvoir les déplacer. Il suffit de remplir régulièrement le réservoir de combustible. Si toutefois leur réservoir est supérieur à 0.25 litre, il faudra fixer la cheminée au mur ou lui ajouter un dispositif stoppant la combustion en cas de chute ou de choc. Le bioéthanol est fabriqué à partir de céréales ou de betteraves distillées, et se présente sous forme de liquide, conditionné en bouteille. Ces cheminées sont très à la mode et on en trouve principalement en milieu urbain, dans des hôtels modernes ou des appartements contemporains. Ce sont  en effet la plupart de temps de beaux objets, très design, et l’on voit des flammes (à hauteur réglable) comme lors d’une combustion classique par du bois. On peut même y ajouter de fausses bûches de façon à se rapprocher au plus près de l’image d’un feu de cheminée. Le principal défaut de ces cheminées est tout de même de mal chauffer, puisque quelle que soit la taille du réservoir, ce type de cheminée ne procurera pas une chaleur supérieure à 5 kilowatts. Notons enfin que le bioéthanol est écologique au niveau de sa combustion, puisqu’il n’émet pas de gaz polluants, toutefois les végétaux utilisés pour le fabriquer peuvent contenir de l’engrais et autres produits chimiques. Il est dit que son utilisation correspond à deux bougies allumées en terme de nuisance à la couche d’ozone.
Le brûle pellet est quant à lui un bol qui associe trois matériaux : la fonte, l’inox et le métal. Il suffit de le placer dans le foyer. Le pellet s’obtient à partir de sciure compactée ou de copeaux de bois, que l’on sèche et que l’on compresse. Il permet d’augmenter la chaleur de quelques degrés.
Un insert au gaz s’encastre dans la cheminée traditionnelle et est alimenté directement par du gaz naturel, ou à défaut par une bouteille. Les cheminées au gaz sont très courantes en Belgique.
Concernant le chauffage au bois, il existe sous de nombreuses formes : la bûche traditionnelle, la briquette, fabriquée à partir de bois reconstitué, les plaquettes, présentés en copeaux et réalisés à partir de bois déchiqueté. C’est un combustible écologique puisqu’il capte plus de dioxyde de carbone qu’il n’en dégage. Il est économique à la fois au prix d’achat et par le crédit d’impôt de 22% proposé par l’État à l’installation.
Pour une utilisation en chauffage central, la cheminée sera alors équipée d’un foyer fermé avec distributeur de chaleur, d’un poêle bouilleur ou d’une chaudière à bois.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Installation, sécurité et entretien d'un poêle à bois

Fabrication des poêles à pellet

Poêle à bois ou poêle à pellets ? Comparaison